Raymond Devos : un avis sur la situation